L’essor de la seconde main : les bonnes raisons pour s’y mettre

La seconde main cela vous dit forcément quelque chose. Cette tendance a gagné la majorité des secteurs : la mode, les jouets, la décoration en passant par l’électroménager et l’ameublement… Ces marketplaces font désormais partie de notre langage courant. Vous faites encore partie des irréductibles Français résistants au marché de l’occasion ?  Laissez-nous vous convaincre et vous ne pourrez plus vous en passer !  

La seconde-main, une stratégie 100 % gagnante

Une formule plus économique et une meilleure qualité

Selon un sondage PollFish pour Site-annonce.fr (plateforme qui encourage la recherche de produits d’occasion, locaux et durables) réalisé en juin 2020, près de 8 Français sur 10 achètent aujourd’hui des meubles d’occasion. La principale raison motivant un achat de seconde main est évidemment le prix. Il sera bien moins onéreux qu’un objet flambant neuf et cela s’applique tant à la mode, qu’aux meubles ou à l’électroménager.

Acheter d’occasion peut être un excellent moyen de réduire ses dépenses, de s’offrir des objets plus luxueux ou de meilleure qualité que l’on ne pourrait pas se permettre d’acheter à l’état neuf.

Vous vous voyez négocier un chemisier dans une grande enseigne de fast-fashion ? Non, n’est-ce pas ? Sachez que cette pratique est très courante sur le marché de la seconde main. Que ce soit sur les plateformes digitales ou lors d’un vide-greniers, n’hésitez pas à négocier si vous estimez que le prix est trop élevé. La personne en face de vous cherche à se débarrasser de l’objet que vous convoitez pour une bonne raison : faire de la place, se faire de l’argent ou tout simplement parce qu’elle ne peut pas se résigner à le jeter. Dans tous les cas, elle ne laissera pas passer sa chance de le vendre. Faites une négociation juste et vous repartirez avec l’objet qui vous intéresse.

Une offre de meilleure qualité

De nos jours, les meubles sont de plus en plus fabriqués à partir d’un mélange de copeaux et de sciures de bois assemblés avec de la résine. L’offre de meubles en bois massif se raréfie. Opter pour une commode ou une table basse ayant quelques années d’existence, c’est choisir des matériaux durables et de qualité, qui traverseront les années à vos côtés. C’est exactement la même logique pour les vêtements. Avant l’émergence de la fast fashion, les marques avaient pour objectif de produire des pièces textiles robustes et durables. Matières, techniques, tout était mis en œuvre pour atteindre ce but. Il n’y a donc rien d’étonnant à trouver une chemise vintage, d’une vingtaine d’années, en excellent état, dans les rayons d’une friperie. Pensez-vous sincèrement qu’un T-shirt Zara trouverait preneur dans 20 ans après l’avoir porté quelques mois ? La réponse est sans doute non. Déformés et rétréci, victime de sa mauvaise qualité, il serait boudé par les amateurs de pièces vintages. 

Le marché de l’occasion : une démarche environnementale et sociale 

Un geste écologique 

Acheter de seconde main, c’est embrasser pleinement le concept d’économie circulaire. Selon l’ADEME, celle-ci peut se défini comme un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien-être des individus. Acheter de la seconde main, c’est donc agir au début du cycle de vie d’un produit en limitant sa production, mais aussi à la fin en limitant les déchets textiles. En Europe, 4 millions de tonnes de vêtements sont jetées par an. En France, nous ne recyclons que 12 % de nos déchets vestimentaires. En achetant un bien ayant déjà servi, on évite donc qu’un nouvel objet soit produit, on prolonge sa durée de vie et on réduit le volume de déchets générés. Pourquoi produire un nouvel objet et gaspiller toute l’énergie nécessaire à sa fabrication alors que celui que nous convoitons est mis à notre disposition par autrui ? 

Pensiez-vous que cet acte de consommation pouvait avoir un tel impact ?

Acheter d’occasion peut aussi protéger la santé des consommateurs. Les meubles neufs, la peinture, le papier peint, les vernis ou encore les revêtements au sol émettent des substances chimiques dans l’air. Ces Composés Organiques Volatils (COV), en se répandant à l’intérieur du foyer, peuvent être très toxiques pour l’être humain. En optant pour de la seconde main, les risques sont considérablement réduits. 

Pour renforcer son engagement vis-à-vis de la planète, il est aussi possible de s’orienter vers des marques plus écoresponsables, qui seraient habituellement hors budget.

Pour vous accompagner dans votre transition écologique, découvrez notre guide « Consommation responsable » .

Soutenir l’économie sociale et solidaire 

Se rendre en friperie, fréquenter les dépôts-ventes, flâner dans les allées encombrées des brocanteurs, c’est supporter l’emploi local. Pour faire face aux mastodontes de l’industrie, ces petites boutiques dépendent des amoureux du vintage, des passionnées de la rénovation, des dénicheurs de bonnes affaires. Acquérir des pièces de seconde main ayant fait l’objet d’un beau travail de rénovation, c’est aussi soutenir le savoir-faire de talentueux artisans. La collecte, la réparation, la distribution et la revente font vivre de nombreuses personnes. 

Enfin, le marché de l’occasion est un secteur engagé dans la formation et la réinsertion de personnes en difficulté. Prenons l’exemple d’Emmaüs, chaque année, des milliers de Français font don d’objets dont ils ne veulent plus. Ceux-ci sont alors examinés et mis en vente, si leur état le permet. La vente de ses objets sert à rémunérer les salariés d’Emmaüs, des personnes en situation de réinsertion. Les magasins d’économie sociale financent de nombreux projets de solidarité.

Des objets uniques et chargés de sens 

L’âme et l’histoire de la seconde main

Quelle fierté de donner une seconde vie à des objets qui ont été chéris auparavant ! Quel plaisir d’accueillir chez soi un meuble chargé d’histoire. Un établi transformé en grande table à manger pour accueillir les repas familiaux, un vieux fauteuil rénové, des casiers d’usine réhabilités en bibliothèque, ils donneront du cachet à n’importe quel intérieur. Les heures passées à chiner, l’attente, l’histoire qui se cache derrière l’objet acheté renforcent l’attachement pour celui-ci. L’acquéreur en prend davantage soin et s’en lasse moins vite. Cependant, rares sont les personnes qui gardent le même intérieur toute leur vie. Les tendances, les goûts, les besoins évoluent et poussent de nombreux d’entre nous à repenser notre maison, comme nous le faisons de manière plus régulière avec notre garde-robe. La seconde main représente une excellente alternative. Votre ancienne décoration trouvera sans doute preneur et fera le bonheur d’une famille, qui elle aussi avait besoin de changement. Chez Izidore, nous facilitons ce contact entre vendeurs et acheteurs, en quête du renouveau.

Être à la pointe de la tendance tout en étant original

Les objets d’autrefois sont en fait la tendance d’aujourd’hui. Les canapés en velours, le marbre, le travertin sont revenus sur le devant de la scène. Nichés au sein d’un intérieur moderne, ces meubles ont droit à une seconde jeunesse. Vous avez peur de la fausse-note quant à l’accord d’éléments vintages avec le reste de votre décoration, n’hésitez pas à consulter notre blog. Nos articles vous seront d’une grande utilité ! 

Le style vintage permet de se démarquer, de faire la différence. Les chances de retrouver ce beau bureau esprit atelier d’artiste dans une autre maison que la vôtre sont extrêmement minces. Il en va de même pour les vêtements trouvés en friperie. Ces pièces sont uniques et donnent souvent des looks très pointus.

Ces dernières années, nous avons vu émerger la tendance de l’upcycling ou le surcyclage en français. Celle-ci consiste à donner à un objet une nouvelle vie haut de gamme et souvent très loin de sa première vie. La seconde main ne se limite donc plus à la revente d’objets ayant déjà été utilisés. Les produits d’origine peuvent maintenant être totalement détournés de ce pourquoi ils avaient été originellement créés. Une baignoire transformée en canapé design, une veste de tailleur homme retravaillée en costume femme deux pièces : veste crop et jupe. Ce n’est pas l’imagination ni la créativité qui manquent. Ce n’est pas l’option la plus économique, mais l’histoire racontée par l’objet est merveilleuse. 

Le marché de la seconde main : que retenir ?

La seconde main est un mode de consommation qui s’inscrit dans la tendance dite slow life qui se décline dans les secteurs de la mode, de l’ameublement, de la décoration… La slow fashion, la slow déco surfent sur l’éco-responsabilité, le minimalisme et replace l’achat conscient au centre de nos habitudes de consommation. Ces concepts offrent une place de choix à la mode éthique, à la seconde main, au DIY, à l’upcycling, à la réparation. Au vu de l’intérêt grandissant des générations actuelles et futures pour le développement durable, ces pratiques semblent avoir un bel avenir.

Faire des économies, consommer de manière raisonnée en limitant notre impact sur la planète, être au top de la tendance sont autant de belles promesses que nous fait le marché de la seconde main. Alors, qu’attendez-vous pour y mettre ?