Interview iziteam : déco et zéro déchet selon Rachel

Allier déco et zéro déchet, c’est le défi quotidien de Rachel. Membre de l’équipe izidore, elle nous fait part de sa démarche et de ses astuces.

1. Pour toi, que représente la déco ?

La déco selon moi, c’est d’abord être bien chez soi. Cela passe par des couleurs, des textures, des objets, des odeurs, des petits détails aussi dont l’ensemble forme une expression totale ou partielle de soi. Du coup, elle peut se montrer chaleureuse envers les personnes qu’on accueille  et même s’inscrire par la suite dans un souvenir.

2. Pourquoi est-ce important de pratiquer le zéro déchet ?

Je voyage depuis mon plus jeune âge et les signaux d’alerte sont assez clairs. Inondations, désertification, disparition d’espèces, jusqu’à récemment l’apparition du “septième continent” de plastique. Aujourd’hui, il m’est difficile d’accepter que j’empoisonne la planète qui en plus de me nourrir m’offre tellement de choses à voir.

3. Comment pratiques-tu le zéro déchet au quotidien ?

J’ai toujours une gourde en verre sur moi pour éviter d’utiliser des gobelets ou des bouteilles en plastique. Pour les courses, je privilégie les grands formats au lieu des portions individuelles, les conditionnements en verre et les aliments en vrac.  Selon les semaines, j’adapte mon panier en fonction ce que je peux faire moi-même à la maison : yaourt, pâte brisé, pain, compote, pâte à tartiner, soupes… J’ai aussi un lombricomposteur pour les déchets ménagers. Ces petites habitudes se sont installées au fur et à mesure, parce que c’était aussi plus pratique, plus économique ou plus agréable.

4. Le zéro déchet : en quoi consiste la démarche selon toi ?

Au sens littéral, c’est retirer toutes les poubelles de sa maison et observer ce qui se passe. La catastrophe ! Selon moi, il s’agit plus d’une intention de tendre vers le “zéro” déchet qui peut être suivie par tout un chacun à différentes échelles.  Cela nécessite de mieux penser sa consommation afin de limiter les déchets à usage unique ou jetables. En observant, en s’informant, en s’interrogeant, en échangeant avec d’autres personnes, certaines pratiques habituelles nous semblent de moins en moins raisonnables.

rachel izidore meuble occasion

5. Quels sont tes conseils pour se lancer dans le zéro déchet ?

Intégrer des bonnes pratiques pour consommer mieux et durable ne doit pas être vécu comme une succession de contraintes ou une mode passagère à suivre au risque de les abandonner assez rapidement.  En revanche, lorsque ces bonnes pratiques sont partagées entre colocataires, membres de la famille, voisins d’immeuble ou de quartier, cela devient d’autant plus facile, engageant et même ludique parfois. D’ailleurs, tout peut commencer par un autocollant “Stop Pub” sur la boîte aux lettres.  En m’installant à Nantes, j’ai trouvé plein d’initiatives locales pour m’informer et m’inspirer telles que des associations, des épiceries zéro déchet, des ressourceries ou tout simplement la mairie.

Je m’intéresse de plus en plus à l’histoire autour de l’objet, plus qu’à l’objet en lui-même. Cela s’applique à la déco mais de façon plus large à ce que j’achète. Pour en revenir à la déco, il n’y a pas si longtemps j’ai donné une lampe de bureau à une association informatique nantaise car il  n’avait plus sa place dans notre nouvel appartement. Je me souviens moins de la lampe que du sourire de la personne qui l’a reçu.

6. Parlons déco : quels sont tes astuces zéro déchet pour la maison ?

Est-ce que ça t’arrives aussi de racheter des céréales alors que tu en avais déjà deux paquets chez toi ? Évidemment tu as oublié de prendre des œufs alors que tu en avais besoin. C’était pourtant bien marqué sur la liste qui est sagement restée sur le meuble de l’entrée. Dis-moi que je suis pas la seule ! En tout cas, je crois que c’est un peu à cause de ça que je suis passée aux bocaux en verre dans la cuisine pour y mettre les légumineuses, les céréales, les fruits secs, les farines… J’ai une mémoire plutôt visuelle donc en plus de donner une petite touche déco sympa, je me souviens plus facilement de ce que je dois acheter, même si j’oublie toujours ma liste.

Avoir une déco qui nous correspond est absolument compatible avec une démarche zéro déchet. Je n’aime pas vraiment stocker ou avoir un intérieur plein de bibelots et gadgets. Je déménage souvent et ça fait moins de cartons à faire !  En ce qui concerne les meubles, j’achète en majorité du neuf pour le moment pour le revendre en ligne.

Cependant, avant d’acheter un nouveau meuble, du petit électroménager ou tout accessoire déco, je vérifie naturellement qu’il ne fait pas doublon ou qu’il a véritablement sa place et sa fonction dans la maison.

7. Une astuce recup’ d’objets anciens à nous partager ?

Avant de m’y mettre je préfère toujours faire un petit croquis et éplucher les tutos sur YouTube ou Pinterest si besoin. Dans mes dernières créations : un potager urbain fabriqué avec des palettes, une tête de lit avec des tasseaux de bois,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *