piece chinée

Comment remettre au goût du jour une pièce chinée dans son intérieur ? [Interview]

Intégrer une pièce chinée dans son intérieur n’est pas toujours évident. Comment la remettre au goût du jour pour l’intégrer dans son intérieur ? Catherine Nicolas, architecte d’intérieur, nous confie ses conseils et astuces pour inclure une pépite vintage chez vous !

Tout d’abord, si vous deviez chiner une seule pépite d’occasion, laquelle serait-elle ? Et pourquoi ?

Alors question un peu difficile, il y a tellement de beaux meubles et objets à chiner ! Je dirais un bureau ou un guéridon. Une pièce comme ça se met facilement sur un pan de mur et donne beaucoup de caractère à un intérieur. Les bureaux Napoléon III se dénichent facilement leur patine se marie avec à peu près tous les intérieurs, ajoutez une petite lampe et un vide poche ou une grosse bougie multi mèche et l’ambiance est assurée. 

Quel est votre parcours, comment êtes-vous devenu architecte d’intérieur ?

Tout d’abord élève des beaux arts en section art option communication visuelle j’ai passé mes premières années au sein de grandes agences de communication comme EURO RSCG en qualité de directeur artistique. C’est plus tard que j’ai décidé de reprendre mes études à l’école supérieure des Arts et Métiers du design (ESAM) et que j’ai obtenu mon diplôme d’architecte d’intérieur et designer. J’ai alors monté ma propre agence « La galerie 19 AT INTERIOR ».

Vous êtes architecte pour la galerie 19 at interior. Selon vous, quel lien l’art et l’aménagement d’intérieur ont-ils ?

Je ne parlerais pas de « lien » entre l’architecture et l’art car selon moi il n’est pas possible de les dissocier, l’un et l’autre ne font qu’un. L’architecture modèle l’espace, elle est le témoin de son temps ses modes et usages évoluent en même temps que les tendances sociétales, alors je ne vois pas de différence entre l’art et l’architecture. Mais si l’on se cantonne à ce que l’on nomme ART habituellement, alors on peut dire que l’un et l’autre s’enrichissent à leur contact. Une oeuvre peut sublimer un lieu tout autant qu’un lieu peut donner sa dimension à une oeuvre.

Comment intégrer une pièce chinée dans un intérieur plutôt moderne/contemporain sans que la différence entre les deux styles ne soit trop marquée ?

Intégrer une pièce « vintage » ou d’antiquaire à un intérieur même moderne c’est vraiment mon dada. J’adore mélanger les époques même par toute petites touches parce qu’elles ont toutes quelque chose à nous raconter sur nous même. Si vous voulez intégrer une pièce ancienne dans une environnement moderne il faut déjà que cette pièce ancienne ai un écho pour vous. Un souvenir de famille ou un meuble chiné car il vous faisait penser à un meuble qui aurait bercé votre enfance. Bref, vous l’aurez compris le meuble ancien ou le bibelot prendra toute sa place si déjà il est intégré sentimentalement aux habitants du lieu. 

Pour vos projets, chinez-vous des pépites d’occasion ? Si oui, laquelle avez-vous déniché dernièrement ?

Il m’arrive de chiner des objets d’occasion, dernièrement j’ai trouvé un miroir 18ème que j’ai installé dans le décor d’un salon de coiffure le salon Madame Monsieur au Vésinet. C’est non seulement du plus bel effet mais cela a donné un chic incontestable au lieu. 

Pour terminer, vous réalisez des prestations chez des professionnels et des particuliers. Quel est le projet de fou qui vous a été confié ?

Le projet le plus fou c’était de réaliser un appartement clé en main dans moins de 8 m2 rue Soufflot à Paris ! C’est incroyable j’ai franchement été moi même bluffée par le résultat que l’on peut voir sur mon site. Cuisine, salle de bain, bureau dressing et canapé convertible, tout y est et sa propriétaire dont c’est un pied à terre ne tarie pas l’éloge sur son appartement XXS. Le plus incroyable c’est d’avoir intégré au décor une gravure XIX eme en format XXL qui prend presque tout un pan de mur !!!